La protection de l’environnement

Comme vous le savez peut être, les japonais sont très protecteur vis à vis de leur nature. L’exemple qui pourrait le plus vous le montrer est la colonisation des baies de Tokyo face à une augmentation de la démographie de la capitale, et cela pour éviter la destruction des forêts qui les entourent.


Ceci est dû à la forte relation qu’ont les japonais avec leur culture très protectrice de l’environnement. Mais en temps que pays développé, le Japon n’a pu échapper à des pollutions sévères.

Ainsi la croissance économique rapide des années 60 a vite engendré des pollutions de l’air et des eaux entraînant problèmes de santé et problèmes sociaux. Contre cette nouvelle accalmie, les Japonais ont tout de suite demandé des mesures de protection, et c’est avec une loi, votée en 1967 qu’ils ont obtenu gain de cause.

De grands moyens ont ainsi été mis en place (campagne de renseignement et de prévention, normes antipollution, utilisation d’énergie renouvelables…). Mais un autre problème est vite venu ternir les progrès déjà visibles. Il ne fallait pas espérer d’un pays comme le Japon, où la densité est très forte en ville, de voir le nombre de déchets diminuer sans aucune aide. Il a donc fallu là encore faire quelque chose. Que ce soit pour les entreprises, les usines ou les foyers, des campagnes d’informations et même de l’incitation en porte à porte ont été développées. Les produits recyclables (plastiques, journaux, manga, verre…) sont mis en avant et chacun se doit de faire attention à ses consommations.

Mais le Japon ne se soucie pas seulement de lui-même. Il se sent aussi concerné par l’environnement de toute la planète. C’est donc en accord avec tous les grands pays industrialisés qu’il a décidé de créer le protocole de Kyoto (vous trouverez un lien en bas de l’article qui vous mènera à une page de wikipédia, vous expliquant tout ce que vous voulez savoir sur le protocole ! ^^). Le Japon, en plus d’aider les pays en développement et de protéger ses mers et ses terres, se soucie des émissions de dioxyde de carbone qui pourraient conduire à la destruction de la Terre, si elles ne sont pas prises en compte rapidement.

Participation au protocole de Kyoto en 2005 :
- Vert : Pays ayant ratifié le protocole
- Jaune : Pays ayant signé mais espérant le ratifier
- Rouge : Pays signataires refusant pour l'instant de le ratifier
- Gris : Pays non encore signataires

 

Pour en savoir plus sur le traité de Kyoyo : ici

 

By Cassandra